BDAAprès d’âpres efforts, l'outil BDA (Bâtiment Durable Armoricain) est pratiquement arrivé au terme de sa conception informatique par OpenFlexo, notre prestataire externe. Il est désormais opérationnel.
Pour rappel, c’est un système d'analyse multicritères de la pertinence des choix effectués aux différents stades de l'acte de bâtir en matière de développement durable.

C’est un grand soulagement et une énorme récompense d’aboutir à la réalisation du logiciel et de toutes ses applications. Mais il reste encore tant à faire notamment sur l’écriture des indicateurs (en terme de compréhension) et sur l’aspect didactique (contenu additionnel pour l’explication des termes et des objectifs, pour les aspects techniques, pour les liens internet, etc.). Reste également la version accessible sur internet. Plusieurs choix sont ici possibles et encore en cours de discussion.

Ce projet comprend de nombreux partenaires et acteurs qui ont largement contribué au magnifique travail accompli. Notre association, pilote de l’opération de développement de l’outil, programme donc de présenter l’outil à ses partenaires, notamment le Conseil Départemental du Finistère ainsi que la Région Bretagne.
Une phase de « débugage » va cependant commencer sur un projet concret en collaboration avec le CD29. Il s’agit de l’aménagement de l’écomusée des Monts d’Arrée à Commana, avec la construction d’un nouveau bâtiment d’accueil et la requalification du bâtiment existant. Le département souhaite mener une démarche d’éco-construction en un lieu qui revendique échanges et rencontres autour du monde rural. D’autres projets « publics » sont actuellement intéressés par la démarche. Reste à pérenniser et à continuer de développer ce magnifique outil. Appel à volontaires…

Pour rappel ou bien pour les nouveaux adhérents, l'outil BDA (Bâtiment Durable Armoricain) est un système d'analyse multicritères de la pertinence des choix effectués aux différents stades de l'acte de bâtir en matière de développement durable. Ce projet comprend de nombreux partenaires et acteurs qui ont largement contribué au magnifique travail déjà accompli. Notre association, pilote de l’opération de développement de l’outil, a souhaité redynamiser la réflexion et la recherche de financements permettant de concrétiser le projet.

En effet, le développement de l’outil bloquait faute de financement. C’est à présent chose résolue puisque le Conseil Départemental du Finistère vient d’accorder une subvention à l’association. Le Pays de Lorient ainsi que la Région Bretagne sont également contributaires.

Nous avons donc relancé l’atelier BDA, organisé des rencontres de travail en interne à l’association (atelier BDA ouvert à tous) puis auprès de nos partenaires et au sein des groupes locaux. L’objectif étant dans un premier temps de revoir la grille d’analyse afin de la décliner en interface informatique par un prestataire externe. Une phase de « débugage » s’en suivra sur plusieurs projets. La consolidation opérationnelle de l'outil sera donc réalisée au sein de l'association Approche Ecohabitat. Nous souhaitons que cette consolidation aboutisse avant l’été.

Des réflexions sont également en cours au sujet de la forme sociale et juridique de l’entité (regroupement de partenaires et d’acteurs) dans la phase opérationnelle de l’outil.

D'où est venue l'idée de la démarche BDA ?

Le développement de l'habitat et du bâti durables sur nos territoires se heurte à des obstacles dont la levée implique une évolution des réglementations, une meilleure connaissance des solutions techniques mais aussi des méthodologies d'évaluation multicritères de la pertinence des choix permettant la concertation entre les politiques, les habitants et les professionnels.

La concertation demande un langage commun, accessible à tous et non réservé  aux seuls initiés. Elle doit permettre un dialogue entre les différents acteurs (les citoyens usagers, les élus et les professionnels intervenant sur les aspects techniques et réglementaires). Partager une définition commune du concept de « durabilité » ou « soutenabilité »  permettra une lisibilité des programmes ou projets en cours dépassant les représentations de chacun des groupes et les intérêts particuliers, en associant légalité, légitimité, faisabilité et « désirabilité ».

 

N'y a-t-il pas déjà d'autres démarches similaires en France ?

Il existe effectivement d'autres démarches d'évaluation mais celle-ci sont avant tout orientées « énergétiques » ou « habitat sain », ce qui est bien déjà, mais insuffisant en soi. La profusion de référentiels ayant comme finalité principale l'attribution d'un label - et donc d'avantages concurrentiels - ne favorise pas la lisibilité nécessaire à l'appropriation citoyenne et aux démarches collectives. Ex : les labels officiels comme le BBC défini par arrêté ministériel, ou associatifs comme Effinergie, Minergie Prioriterre, PassivHaus...

Dans tous ces cas, ils sont trop exclusivement centrés sur les seules performances thermiques, et ne peuvent donc être considérés au mieux que comme "niveau de performance énergétique à atteindre", un critère figurant parmi d'autres à retenir dans une démarche plus globale "bâtiment durable".

Parmi les autres démarches franco-françaises se revendiquant du développement durable, il n'existe encore aucune autre démarche similaire à BDA, puisque les autres se basent sur des obligations de moyens et non pas des obligations de résultat, qu'elles sont évaluées par des comités strictement composés d'experts, sans le regard croisé des citoyens et des élus, et qu'elles revendiquent un impact plus économique que politique ou pédagogique.

 

S'inspirer de ce qui se fait ailleurs ? Oui. Copier ? Non !

Trop souvent, une approche d'évaluation réduite aux aspects énergétiques du bâti, voire exclusivement thermique, construite sur une modélisation virtuelle tend à occulter tous les autres indicateurs fondamentaux. Les aspects  environnementaux, sociaux, économiques, sanitaires, l'intérêt public et le  "vivre ensemble " sont également notoirement absents  de la plupart des démarches existantes.

BDA s'inspire surtout de la démarche « Villes en transition », mais aussi des réflexions  des ateliers du Réseau Écobâtir,  et d'une étude poussée des différents systèmes d'analyse  pionniers. Les initiateurs de BDA le revendiquent  et l'assument.
Et à ce titre, c'est la démarche japonaise CASBEE qui nous a le plus séduits pour sa philosophie, ainsi que la démarche britannique BREEAM pour sa méthodologie, ses indicateurs clairement définis, son mode opérationnel transparent et son pragmatisme.

Mais il n'est nullement question de copier quoique ce soit : les paradigmes sont différents !


La démarche BDA se positionne délibérément dans le cadre de l'ESS – Economie Sociale et Solidaire – et dans une optique de Transition Énergétique où les mécanismes lobbyistes habituels (par lesquels les acteurs économiques classiques dictent les politiques et contrôlent les flux financiers) n'ont pas lieu d'être, la parole doit être partagée entre tous les acteurs, raison pour laquelle BDA fait la part belle à l'expertise citoyenne des usagers. La recherche de consensus est donc systématiquement favorisée, en priorisant les valeurs portées par les acteurs de l'ESS, où les notions d'intérêt commun, d'économie au service de l'humain s'opposent au moteur de l'économie classique qui, hélas, reste la recherche de profit.

BDA, (Bâtiment Durable Armoricain) c'est un système d'analyse multicritères de la pertinence des choix effectués aux différents stades de l'acte de bâtir en matière de développement durable.

Au mois d'Août, l'association a rédigé un numéro hors-série présentant la démarche BDA et ses avancées depuis sa création. N'hésitez pas à en prendre connaissance. Il contient l'intégralité de ce qui suit ci-dessous.

Télécharger le hors-série "BDA : où en sommes-nous?"